mercredi 2 novembre 20h30 "Impressions" projection du film de Jacques Perconte

Publié le par l'art au garage

 

 

Image 10 Lors de cette soirée nous projetons le film "Impressions" de Jacques Perconte dans sa version cinéma en complément de l'installation qui est présentée dans l'exposition "DO 1 MOVE Y0U" (du 18 octobre au 5 novembre)

 

 

Une envoûtante fusion des paysages de la côte Normande et des pixels de la compression. Une promenade sensorielle entre vents et marées.

 

 

 

"C’est l’histoire d’une rencontre avec un paysage. Je vous y emmène. Nous voici dans la campagne normande où, au milieu d’immensités vertes, les vaches blanches reflètent la lumière humide. Le ciel change à chaque minute. La pluie et le soleil se croisent et dessinent çà et là des arcs-en-ciel. Mais le pays, celui-là même qui a été tant peint par les peintres impressionnistes, reste immobile. Même s’il est soufflé par le vent, même si les vagues frappent de toutes leurs forces les falaises à pic.

La terre est claire. Le marron légèrement boueux mène aux plages de galets gris. On doit descendre pour suivre le chemin qui mène à la mer. Elle s’agite en bas.

Depuis un moment déjà, l’image se manifeste de plus en plus bruyamment. La Normandie filmée se transforme et de nouvelles couleurs se révèlent.

C’est un été qui s’annonce. Un été virulent et plastique. Comme il est impossible de rendre ce qu’est ce paysage, l’image en tire une interprétation. Elle devient le support de ces sentiments que la Nature suscite. Ses formes dialoguent avec celles des arbres, des nuages, de la mer. C’est le cœur qui fait place à la vision.

Marée haute. Les vagues de couleur balancent leurs lames de toute part et les écumes bleues et vertes glissent sur les pentes qui se laissent pénétrer par la lumière. Tout se mélange. Terre, mer et ciel communiquent. Voilà l’agitation des grandes marées, celle qui fait perdre pied. Toute notion du temps disparaît, le spectacle nous enlève.

Et puis soudain un vide, un silence. Je me retourne. Et je fixe le chemin qui mène au ciel. Quelque chose vient vers moi en empruntant le chemin qui descend de la falaise. Une petite masse noire naît du magma de couleur. Elle grossit, elle s’approche ; c’est une femme. Elle est à contre-jour. On ne voit plus rien qu’elle. Elle éclipse – littéralement. On ne voit plus. Du noir naîtront de nouvelles couleurs extraordinaires qui nous mèneront des rouges et des roses, au blanc merveilleux de la lumière".

 

 

 

Jacques Perconte appréhende le numérique selon une approche physique permettant une emprise plus grande de la pensée sur les paramètres du sensible, du visible, de l’audible, entendus comme vibrations et sensations. Cette approche physique se décline à partir de la compréhension et de la critique de la nature, des propriétés intrinsèques et. des processus du numérique – des potentialités aux défaillances – et en déploie les puissances selon une reprogrammation de la captation, une libération des signaux et un décodage de la visualisation." - Bidhan Jacobs

 

Publié dans rencontre-projection

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article